Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/03/2014

Le communiqué de presse d'Ensemble Pour Uzès paru sur Le Républicain de cette semaine n'étant pas paru dans son intégralité, nous le publions sans coupure ci-dessous

Fête d'Ensemble pour Uzès, 1° septembre 2012. Intervenants: Nicole Bouyala, ancien maire de St Quentin-la-Poterie, Edouard Chaulet, maire de Barjac, Jackie Crouail, maire de Salaise-sur-Sanne et Patricia Seror, médiatrice du débat. Thème: "Gérer sa ville...autrement" !

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE EpU :

"Suite à plusieurs attaques lancées par Patricia Seror à l'encontre d'Ensemble pour Uzès, nous accusant d'anti-démocratie, notamment dans le dernier numéro du Républicain, nous nous devions aujourd'hui de réagir en rétablissant quelques faits.

Lors d'une élection interne à l'association en février 2013, trois candidats étaient en lice pour porter le projet de l'association, et être potentiellement tête de liste pour les futures municipales: Patricia Seror, Simon Subtil et Caroline Sépet. Une commission électorale avait été mise en place pour cette élection, afin de veiller à l'intégrité du vote. Un engagement avait été signé par les trois candidats stipulant qu'ils s'engageaient "quel que soit le résultat du vote des adhérents, à continuer à soutenir la liste présentée par Ensemble pour Uzès". Gage de bonne foi et de sincérité quant à la démarche de la candidature.

Preuve que la démocratie n'est pas un vain mot chez EpU: nous avions proposé à cette époque que toutes les personnes candidates à la tête de liste pour les élections municipales de Mars 2014 participent à cette élection, encartées ou non, en l'ouvrant bien sûr au vote de toutes les instances respectives des candidats. Cela aurait permis de choisir un candidat unique, pour une liste unique d'union, depuis plus d'un an déjà, en évitant le fiasco de la pluralité des listes d'opposition. Cela n'a pas été le choix fait par certains partis, arguant que leurs statuts internes interdisaient ce fonctionnement.

Nous sommes donc restés, à contre cœur, sur une élection interne à l'association, où tous les adhérents, militants de partis ou société civile ont pu voter. Nous avions à l'époque 84 adhérents; 73 ont voté. Caroline Sépet à été désignée par 41 voix, Simon Subtil en a obtenu 24 et Patricia Seror 7 (1 bulletin blanc). Trois jours après, Patricia Seror démissionnait en nous interdisant d'utiliser son nom, sans pour autant s'interdire d'utiliser celui d'Ensemble pour Uzès pour le dénigrer.

Nous travaillons depuis plus de deux ans sur le projet, au travers de réunions et de séminaires auxquels chacun des deux avait participé; ils sont donc partis, rappelons-le, avec la quasi-totalité du projet d'EpU. Ils ont notamment pu constater l'ambition de notre projet en termes de transition énergétique, aujourd'hui revendiquée par Patricia Seror. Nous sommes d'ailleurs les seuls à avoir pris l'initiative d'organiser en juin 2013 un débat public dans le cadre de la Consultation Nationale sur le sujet parmi les trois seuls mis en place dans tout le Languedoc-Roussillon.

Avant de lancer des accusations aussi diffamatoires et mensongères, certains candidats déçus devraient au préalable balayer devant leur porte !"

Écrire un commentaire