Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/06/2014

Uzès rentre dans la nouvelle carte des quartiers prioritaires

Ensemble pour Uzès l'avait annoncé durant la campagne électorale: Uzès allait entrer au printemps prochain dans la nouvelle carte des quartiers prioritaires instaurée par le Ministère de la ville. C'est chose faite. Cela signifie que plus de la moitié des habitants de certains quartiers de la ville vivent en-dessous du seuil de pauvreté, soit 11 250€ par an. Ce classement concerne donc les zones urbaines les plus fragiles. La méthode de calcul choisie par le Ministère de la ville est celle de l'INSEE: un corroyage de 200 mètres sur 200 mètres, dans lequel un critère unique de calcul est retenu: le revenu des habitants. 

Cette annonce aurait-elle fait réagir notre maire, se sentant concerné et solidaire, se posant comme le premier magistrat de tous les citoyens, attaché à ce que leur situation s'améliore, ou bien tout simplement, s'en serait-il ému ? Absolument pas. Nous pouvons lire dans le Midi Libre du 19 juin dernier: "Je ne suis au courant de rien. (…) Je ne connais pas les quartiers concernés, ni ce que ce dispositif peut nous procurer comme aide"…! Et d'y opposer le nombre de banques et de commerces sur la ville, pour justifier qu'Uzès n'est pas une ville pauvre.

Effectivement M. le Maire, Uzès n'est pas une ville pauvre. Elle fait simplement partie de toutes ces villes où les classes aisées côtoient l'extrême précarité, mais toutes heureusement n'ont pas à leur tête un édile pratiquant la politique de l'autruche, refusant d'admettre la paupérisation de certains quartiers de sa ville, tout en continuant parallèlement à refuser des tarifications municipales selon le quotient familial, arguant "que cela ne sert à rien".

Comment le 1er magistrat de la ville peut-il dire "qu'il ne sait pas ce que ce dispositif peut lui apporter comme aide" ? N'est-ce pas son rôle que d'aller chercher les informations, de s'entourer des personnes compétentes afin de permettre à la ville de venir en aide aux personnes les plus en difficulté ? Pourquoi certaines villes déplorent-elles de sortir cette année de ce dispositif, alors que notre maire est dans le déni total d'une réalité pourtant bien présente ?

M. le Maire, Ensemble pour Uzès est là pour apporter une réponse à votre questionnement: si effectivement le fait même de rentrer dans ce classement des villes aux quartiers pauvres n'apportent pas directement une aide substantielle de grande importance (aux alentours de 300 millions d'euros pour tout le territoire national), il permet par contre  de demander à rentrer dans le programme de rénovation urbaine, qui lui se chiffre en milliards d'euros (on parle d'un programme de 5 milliards d'euros lancé à l'automne).  Mais encore faut-il déposer un dossier, faire une demande afin de rentrer dans ce programme, et donc sortir du déni et souhaiter en faire profiter les différents quartiers concernés afin de les aider dans leur développement. Il faut donc arrêter de faire cavalier seul, et aller chercher les subventions là où elles se trouvent.

Dans l'intérêt des habitants, de tous les habitants.

 

13:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Écrire un commentaire