Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/06/2014

Le droit à l'eau, bien commun patrimonial de l'humanité

Alors qu'Uzès est entrée dans le classement des villes aux quartiers pauvres, il ne semble pas que la municipalité tienne à soulager les familles et personnes en difficultés. En effet, lors du conseil municipal du 20 juin dernier, Martial Jourdan a soulevé la question de l'eau à l'occasion du vote du compte administratif. Sa question était simple: pourquoi ne pas appliquer une tarification tenant compte d'un minimum de gratuité par personne ?

Ce à quoi la maire a répondu que ce dernier se contredisait, que lors de la campagne municipale il prônait un tarif dégressif, et qu'aujourd'hui il demandait un minimum de litres d'eau gratuits. Cette réponse est malheureusement celle d'un homme qui ne connaît que très mal cette question…

Ensemble pour Uzès a défendu elle aussi durant la campagne cette proposition, largement explicitée en réunion publique; nous sommes donc à même, parce que connaissant bien le dossier, d'affirmer qu'il n'y a absolument rien de contradictoire entre les deux propositions, elles se complètent bien au contraire. Nombre d'associations se sont penchées sur la question, dont celle, internationale, de Jean-Luc Touly, président de l' "Association pour un contrat mondial de l'eau". Celle-ci s'appuie sur le minimum vital moyen de 40 litres d'eau par jour et par personne posé par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), et propose donc la gratuité sur ces premiers litres, et au-delà de cette consommation l'application d'un tarif dégressif en fonction de sa consommation. Ce qui revient d'une part à appliquer une mesure à la fois sociale (une personne n'ayant pas de piscine, par exemple, verra sa facture baisser significativement), mais aussi et bien sûr environnementale (en incitant les gens à consommer moins).

Il ne s'agit en rien d'une lubie ou d'une idée farfelue, mais bien d'une proposition réaliste qui a déjà fait ses preuves. Les communes qui ont fait ce choix s'en sorte très bien, mais, faut-il le préciser, cette mesure est bien plus efficace lorsque l'eau est gérée en régie publique: les économies faites en gestion interne permettent à la fois ce financement d'un minimum vital par personne et d'un tarif dégressif.

La gestion de l'eau en régie municipale, voire intercommunale, en voilà une autre idée pleine d'intérêt, tant pour les habitants que pour la ville, en termes d'économie et de service public rendu…                                                                                                                                                                                                                       

07:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Écrire un commentaire