Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/10/2014

L'Hôpital psychiatrique, parent pauvre de la santé…

Ensemble pour Uzès tient à assurer au personnel de l'hôpital psychiatrique du Mas Careiron tout son soutien dans son combat pour le maintien et le développement d'un service de soins de qualité.

Après deux années de baisse de dotations importantes par l'Agence Régionale de Santé (modulation de la Dotation Annuelle de Financement), entrainant un déficit financier de l'hôpital, le Mas Careiron subit aujourd'hui de plein fouet la décision du récent directeur de l'hôpital d'un plan d'économies, associée à une volonté de  mutualisation de certains services avec l'Hôpital local, ressemblant plus à un démantèlement de certaines structures, impactant à termes le personnel mais aussi la qualité des soins, plutôt qu'à une réelle volonté d'amélioration des services et d'accueil des patients.

La psychiatrie, et plus généralement la santé, doivent-ils être les premiers à devoir "se serrer la ceinture" en temps de crise ? Se pose ici la question de la place de la psychiatrie dans notre société, mais aussi, avec un regard plus pragmatique, du devenir des hôpitaux psychiatriques, et de celui d'Uzès en particulier. Il est aujourd'hui un employeur important pour le territoire, son personnel, sa structure, ses patients, représentant une vraie source de dynamisme et d'apport économique pour la ville d'Uzès et l'intercommunalité. Mais il est également un acteur important du territoire, avec son caractère spécifique d'internement en milieu ouvert, de politique d'ouverture sur la ville, où tissu associatif uzétien et hôpital interagissent en toute intelligence et pertinence.

Des décisions prises sans concertation, entrainant dangereusement chômage, baisse de la qualité des soins et du service public, notamment de proximité, ne peuvent que nous alerter et nous indigner.

Écrire un commentaire