Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2016

A propos d’un projet essentiel, l’aménagement de nos lycées

Afin de mettre en exergue les besoins des usagers, et en premier lieu des élèves, il me serait facile de m’appuyer sur des années de travail (comme enseignant) sur les lieux mêmes. Un rappel sur deux décades de luttes, de démarches et d’attentes devrait y suffire : oui, cela fait 20 ans que les personnels des lycées Gide et Guynemer évoquent la nécessité d’un aménagement de l’espace éducatif (centré sur un nouvel Internat), et le 1er projet de restructuration date de 1998 ! La Région a prévu dès 2001 l’extension des locaux à usage pédagogique, mais aussi administratif et locatif ; le terrain de l’ancienne gendarmerie, désormais disponible, offrait de belles perspectives pour un remodelage de l’ensemble éducatif.

La dite Région a finalisé le projet en 2007 et s’est engagé à le budgétiser 3 ans plus tard. On connaît les difficultés liées aux contraintes urbanistiques du secteur sauvegardé, certes ; Le CDSESPU (Comité de Défense et de Soutien aux Etablissements Publics de l’Uzège), créé en 2012, a mené plusieurs actions pour faire avancer les choses. Par ailleurs, le dialogue avec le Comité de quartier Charles Gide a permis de toucher de près les points d’achoppement ; les soucis des riverains, tout à fait légitimes, ont été entendus et le seront sans doute (même si la réunion de février 2015, à Montpellier, n’a pas dispersé le « flou », aux dires du Comité Gide).

Au total, la communauté éducative a accepté l’amputation du projet initial, devant les exigences de plus en plus restrictives des Bâtiments de France ; mais un nouveau retard dans les travaux de construction (ce retard est déjà estimé à près de deux ans par les usagers) apparaîtrait demain comme insupportable ! Le communiqué de presse livré par les lycées Gide et Guynemer, suite au C.A. extraordinaire de mars 2015 dit bien où se situe aujourd’hui l’exigence : « Il est maintenant URGENT que le projet de campus lycéen d’Uzès voit le jour …»

Oui, décidément, l’implantation et le développement (mené de la manière la plus intelligente possible) d’un pôle éducatif de Second Cycle constituent un atout très fort pour notre cité et pour l’Uzège ; cela sur trois plans différents (et qui se nourrissent) : la vitalité économique de tout un quartier, le dynamisme intergénérationnel de la ville-centre et l’efficacité d’un service public d’éducation.

Ensemble pour Uzès réaffirme donc aujourd'hui sa position quant à la construction de ce projet d’aménagement pour les deux lycées de la ville sur le site de l'ancienne gendarmerie : ce projet est toujours aujourd'hui une priorité absolue, et bien que cela doive se faire en concertation avec les riverains il ne peut souffrir à nouveau de retards significatifs.

Gérard Bressieux, coprésident d’Ensemble Pour Uzès.

Les commentaires sont fermés.