Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/09/2016

Interventions d'Ensemble pour Uzès lors du conseil municipal du 15 septembre dernier

 

Compte-rendu du conseil municipal du 15 septembre 2016

 

1/ Approbation du compte-rendu de la séance précédente

Christophe Bouyala précise qu'étant donné qu'il n'y avait pas eu d'intervention lors de ce conseil municipal (un seul point à l'ordre du jour, à savoir le fond de concours pour l’aménagement des stades Pautex et du Refuge, qui a fait l'unanimité des votes), le groupe Ensemble pour Uzès ne s'opposera pas à l'approbation de ce compte-rendu.

Approuvé à l'unanimité.

2/ Rapport d'activité 2015 – Communauté de Communes Pays d'Uzès

Pas de vote sur ce rapport.

3/ Convention de servitude ENEDIS – branchement du collectif la résidence " La Tour du Roy"

Voté à l'unanimité.

4/ Demande de subvention : Edition de la brochure "Laissez-vous conter Uzès / Au fil de la Ville"

Sur une intervention de Martial Jourdan concernant la suppression du Service Éducatif Ville d'Art et d'Histoire par la DRAC et l'Inspection Académique, pour mauvais fonctionnement des services en mairie, le maire répondra froidement que de toute manière "M. Gallant n'était qu'une boîte aux lettres qui ne faisait que passer les information que la ville lui donnait aux professeurs"…

5/ Convention de servitude Bleu de Cèdre

Ladite servitude concerne la réalisation d'un passage piéton.

Voté à l'unanimité moins une opposition (Jérôme Maurin).

6/ Vente terrain à la Communauté de Communes Pays d'Uzès

Il s'agit ici de vendre à l'euro symbolique les parcelles cadastrées AX 400 et AX 401, correspondant au terrain accueillant l'actuel centre de loisirs, beau terrain arboré d'arbres centenaires et où est se trouve un bâtiment en très mauvais état (les enfants du centre de loisirs étant donc accueillis dans des préfabriqués). Cette ventre permettrait à la CCPU de réaliser la construction d'un "centre culturel dédié à la diffusion de spectacles et l'accueil de congrès, conventions et séminaires" allant de 500 à 1450 places en configuration assis/debout.

Intervention de Caroline Sépet :

"Nous ne pourrons donner un blanc-seing sur ce point, vous vous en doutez M. le maire.

Nous restons convaincus que ce Palais des Congrès dont la CCPU tient à se doter, car il s'agit bien là avant tout d'un palais des congrès plus que d'un centre culturel, reste d'une part démesuré par rapport aux besoins de notre territoire, et d'autre part n'est pas adapté au tissu associatif culturel local. En effet nos différentes associations culturelles auront à louer la ou les salles de ce futur édifice, et vous savez très bien qu'ils n'auront pas les reins assez solides pour cela. Autrement dit elles auront un accès plus que limité à ce site, ce qui ne résoudra en rien le manque de salle dont elles pâtissent actuellement pour leurs différentes manifestations.

Il s'agit donc bien là d'une salle de spectacle et de congrès, et non d'un centre culturel qui laisserait lui une place pour accueillir les petites associations culturelles qui ont besoin de locaux pour des ateliers de pratiques artistiques, d'éducation populaire, d'animations socio-culturelles ou de stages par exemple (le spectre des possibles pourrait être bien plus large). Le projet se limite ici essentiellement au seul accueil de spectacles, de congrès ou de séminaires

Je vous rappelle qu'aucune étude portant sur un état des lieux des besoins culturels du territoire n'a été réalisée, la seule étude faite concernant ce Palais des Congrès a été une simple étude de faisabilité ; ce qui revient à dire que nous avons mis la charrue avant les bœufs.

Dois-je également vous rappeler que la CCPU n'a toujours pas la compétence culture à ce jour, et qu'elle se dote donc d'un outil, d'un montant avoisinant les 6 millions d'€, dont elle n'a pour l'instant pas prévu une utilisation précise, hormis le fait d'accueillir de façon exceptionnelle, comme vous l'avez vous-même reconnu, des séminaires ou autres congrès ou conventions. Et je ne parle même pas de la sous-estimation des frais d'entretien envisagés par la CCPU, estimés à 120 000€/an, quand on connaît le montant du fonctionnement des salles de spectacles de ce même acabit.

La note de synthèse que vous nous avez transmise stipule un accueil de 500 places, extensible à 900. Mais vous omettez de préciser que cette jauge correspond à une configuration assise ; la configuration debout/assis monte la jauge jusqu'à 1450 places, ce qui amènera ce futur édifice à avoir une capacité accueil spectateur supérieure à la Paloma de Nîmes !

Et que dire du transfert du centre de loisirs vers le groupe scolaire Jean Macé, situation totalement aliénante pour des enfants qui vont passer leur temps scolaires, péri-scolaires, leurs NAP, leurs mercredis après-midi et leurs vacances sur leur seul lieu de travail ? Dans une cour goudronnée plutôt que dans un parc arboré ? Accepteriez-vous, M. le Maire, de passer toutes vos vacances dans la cours de la mairie, avec des animations adaptées bien sûr cela va sans dire  ? Vous me répondrez sûrement que le bâtiment actuel est en mauvais état et donc inutilisable, et que les enfants du centre de loisirs sont aujourd'hui dans des préfabriqués. Mais pourquoi cette situation ? Pour la simple et bonne raison que rien n'a été fait depuis des décennies sur ce bâtiment, afin de le maintenir dans un état correct pour un accueil optimum des enfants. Vous préférez aujourd'hui céder ce terrain et son bâtiment à l'euro symbolique à la CCPU, pourtant estimé à près d'1 million 1/2 d'€, pour un projet inadapté à notre territoire, plutôt que de faire le choix d'y engager des travaux de rénovation qui soient au service des enfants d'Uzès.

Et ne venez surtout pas ce soir nous reprocher de nous élever contre la culture, comme vous avez pu le faire précédemment en conseil communautaire. Vous savez très bien que la culture est au plus près de nos préoccupations, tant pour le dynamisme de notre tissu associatif qui à lui seul fait le cœur de la vie uzétienne, que pour son rôle avéré de développement économique qui ne peut que profiter à la ville d'Uzès et au territoire Pays d'Uzès. Il ne s'agit pas ici d'une opposition de principe, puisque la création d'un centre centre culturel était inscrit dans notre programme, mais encore une fois, un centre culturel digne de ce nom, servant nos associations locales et nos habitants, adultes et enfants, et ce centre culturel de pouvait s'inscrire que dans un projet cohérent et réfléchi, tel que je l'ai décrit précédemment, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.

On peut lire sur le site de la CCPU (http://www.ccpaysduzes.fr/tourisme-culture/actualite/433-...) :

« Un positionnement stratégique

Le futur centre culturel sera implanté à Uzès, en entrée de ville, le long de la RD 979 après le rond-point du « Refuge », sur le terrain de l’actuel centre de loisirs. Les parcelles qui accueilleront le futur équipement ont été cédées gracieusement par la ville d’Uzès à la CCPU, pour un montant de 1 447 000 €. »
>
Sauf erreur de ma part, nous ne le votons que ce soir… ! Alors même que ce article est affiché sur le site depuis des semaines . Où est ici le respect du débat démocratique ?!

Ou encore :

« Un espace modulable, moderne et polyvalent

Équipement moderne et polyvalent d’une surface de plancher d’environ 2000 m2, il pourra accueillir selon les manifestations et configurations choisies (assis/debout) près de 500 personnes assises et 900 debout (…) »

> J'interprète cette omission des 1450 places en configuration debout/assis, comme stipulé sur l'étude de faisabilité, comme un aveu de votre part que ce projet est surdimensionné, puisque ni sur le site de la CCPU ni dans notre note de synthèse vous n'osez donner les chiffres complets".

Intervention de Lydie Defos du Rau :

" Ce projet me semble scandaleux sur la forme et sur le fond

Sur la forme

La loi ne vous oblige pas à engager un débat démocratique sur un investissement aussi colossal et aux nombreuses conséquences pour les uzétiens.

La Loi ne vous oblige pas certes. Mais l’éthique ou le bon sens Républicain devrait vous dicter une toute autre conduite.

Car aujourd’hui, encore, vous bafouez la Démocratie. Pourquoi ? Car vous ne nous proposez pas de débattre sur la pertinence de ce centre culturel, sur son intérêt, sa localisation, mais simplement de délibérer, parce que vous y êtes obligé, sur la vente d’un terrain appartenant au patrimoine de la commune pour 1€ symbolique à la CCPU.

Non seulement ce débat sur l’intérêt de cet équipement n’a jamais eu lieu, mais de surcroît je rappelle que nous, élus d’Uzès, en particulier ceux qui n’ont pas un mandat communautaire, avons appris par voie de presse que le Conseil Communautaire avait voté en faveur de la création d’un Centre Culturel à Uzès. C’était déjà beaucoup en soit, mais le scandale ne s’arrête pas là. Nous apprenons de surcroît qu’il prendrait place sur le site actuel du centre de loisirs d’Uzès ? Tout ceci sans qu’aucun débat ne soit conduit ni en commission économie ou encore urbanisme, pas plus en commissions affaires scolaires, petite enfance ou actions jeunesse.

Les élus du conseil municipal d’Uzès devraient pouvoir débattre et se positionner sur tous les projets majeurs que conduit la CCPU, a fortiori lorsqu’ils concernent directement le patrimoine d’Uzès.

Enfin, pour en terminer sur la forme, bien qu’il y aurait encore beaucoup à dire, je rappelle que vous avez été élu sur un programme dans lequel vous promettiez certes un centre des congrès mais celui-ci devait se situer derrière la gendarmerie. Certainement pas en lieu et place du centre de loisirs d’Uzès !

Venons-en au fond

Peut-être auriez-vous pu nous convaincre qu’un centre culturel à Uzès de cette envergure, à cet emplacement, était pertinent. Mais vous n’avez même pas pris la peine. Et nous ne disposons d’aucun élément nous permettant d’en juger. Une étude d’opportunité a-t-elle été réalisée ? Non ! Une telle étude aurait permis de confirmer, ou pas, qu’un tel investissement était approprié. Aujourd’hui j’ai la modestie de dire que je ne sais pas si cet équipement est opportun. Et malgré vos 33 ans de mandat, je pense que vous n’êtes pas plus que moi suffisamment compétent pour vous exonérer d’une telle réflexion.

Ce que je sais en revanche, c’est que nous manquons cruellement, uzétiens et uzégeois, d’une piscine couverte sur ce territoire. C’était enfin un équipement structurant, le premier de la communauté de commune. Cet équipement dans sa configuration aurait permis de satisfaire bien des besoins locaux, et même de permettre à notre territoire de gagner en attractivité et de développer le tourisme hors saison. Mais vous l’avez enterrée, ce n’était pas votre projet.

Je sais aussi que nous disposons à 25 mn d’une belle salle de spectacle dénommée Paloma. Elle n’est pas sur notre territoire. Enfin, elle n’est pas dans « votre » territoire. Mais elle est suffisamment près pour les uzégeois qui sont soucieux du bon usage de leurs impôts. Nous disposons aussi de magnifiques salles au Pont du Gard, où nous aurons bientôt un pied puisque la commune de Vers Pont du Gard s’apprête à nous rejoindre. Or, ces magnifiques salles sous exploitées.

En période de vache maigre, il faut savoir définir des priorités. Le palais des congrès, que vous faites passer pour un centre culturel, n’en n’est pas une. Pas plus que ne l’était la salle de boxe ou les arènes, préférées à une maison des associations ou des salles de classes dignes de ce nom.

S’agissant du budget de fonctionnement, 120 000 € : il nous parait largement sous-estimé. Quelles garanties avons-nous que vous ne nous expliquerez pas ensuite que les coûts sont tellement élevés qu’il est sage de choisir une délégation de service publique, laquelle chercherait l’équilibre financier au détriment de la qualité de la programmation et de l’accès de la culture à tous ?

S’est-on véritablement interrogé si cet équipement répondait à la demande des organisateurs locaux de spectacles et manifestations diverses ? Car nous savons que la concertation de ces acteurs sur le projet a été plus que timide.

On peut aussi s’inquiéter des conditions d’accès de cet équipement aux associations locales ?

Ou encore sur l’impact de cet investissement sur le budget intercommunal de la culture : restera-t-il de quoi financer une politique culturelle pour les tous les uzétiens et les uzégeois, une programmation diversifiée, qui prend et redonne vie aux villages, quand nous aurons dépensé 6 millions d’€ ?

On pourrait ensuite s’interroger sur les retombées économiques que vous promettez. Ont-elles été mesurées, sérieusement ?

On peut s’interroger enfin sur la pertinence de cet équipement sur sa fonction « Palais des congrès » que vous avancez alors même que nous ne disposons pas d’hôtel en capacité à accueillir des groupes importants.

Pour une fois M. le Maire, essayez de répondre, point par point avec rigueur, professionnalisme et dignité en laissant une réelle place à un vrai débat d’opinion.

En tant qu’élue et citoyenne d’Uzès, je vous demande, M. le Maire, chers collègues si souvent muets, et qui engagez par votre silence le budget des citoyens pour des décennies, d’avoir aujourd’hui un vrai débat sur ce projet et pour une fois, au moins, d’éviter un sinistre et traditionnel monologue."

Réponse du maire : nous ne sommes pas ici " pour engager un débat, la choix a déjà été fait". Malgré ce flagrant déni de démocratie en refusant le débat, il autorise néanmoins Franck Séropian, rapporteur du projet, à s'exprimer : celui-ci affirmera le manque de salles de grande taille disponibles pour les associations culturelles, et prendra pour exemple le repas des aînés, qui manquent de place… Vous reconnaîtrez que comme exemple de manifestations culturelles, il y a mieux… ! Et bien que nous partagions le constant du manque de salles sur Uzès et l'Uzège, nous pensons qu'investir près de 6 milllions d'euros pour accueillir le repas des aînés n'aurait peut-être pas figuré dans nos priorités… ! Un peu plus sérieusement, si les associations culturelles du territoire manquent effectivement de salles, la démesure de ce Palais des Congrès ne permettra pas d'y pallier, car il ne répondra pas à leurs besoins, essentiellement par manque de financement pour pouvoir louer cette salle.

5 oppositions (Caroline Sépet, Christophe Bouyala, Lydie Defos du Rau, Jérôme Maurin, Sandrine Guin).

6/ Fonctionnement 2016 école de musique – demande de subvention

Voté à unanimité.

7/ Caroline Sépet avait envoyé au maire une question orale (qui se pose en fin de conseil municipal et à laquelle répond le maire, mais n'appelant pas à débat) concernant l'aménagement des arches sous le passage marchand allant du boulevard à la place aux Herbes (merci à Dominique Claret pour l'excellent travail effectué sur ce dossier !). Le maire refusera cette question orale, arguant qu'il s'agit ici d'une proposition et non d'une question orale. Il s'avère que cette proposition aurait tout de même été proposée à l'Architecte des Bâtiments de France (ABF), mais que celui-ci l'aurait déclinée car "cela boucherait les pieds de voûte"… Nous serons vigilants à ce que ce dossier ne soit pas simplement enterré, l'hygiène, la salubrité et l'image de la ville ne pouvant être souillées plus longtemps…

Ci-dessous la question orale proposée, document d'illustration à l'appui :

" M. le Maire, chers collègues,

Le passage marchand Gambetta/Place aux Herbes est depuis trop longtemps insalubre, devenant, pardonnez-moi l 'expression, un véritable urinoir public.

Pourquoi ? Bien sûr en premier lieu du fait de l'incivilité de certains… cherchant un coin à l'abri des regards. À ce problème d'hygiène publique subit quotidiennement par les uzétiens, nuisances visuelles et olfactives comprises, se rajoute l'installation de marchands de denrées alimentaires à cet endroit précis le samedi matin jour de marché. Et je ne parle même pas de l'image que nous renvoyons aux nombreux touristes qui aiment à visiter notre ville.

Un moyen d'éviter ceci serait de supprimer ces recoins et de les éclairer avantageusement.

La création de vitrines semblables à celles du passage Gambetta/Cordeliers serait une solution à étudier (cf. document joint). L'idée n'est pas ici d'implanter des vitrines commerciales, mais plutôt des vitrines d'information. Ce lieu de grand passage pourrait par exemple donner lieu à une exposition permanente de l'historique du secteur sauvegardé et son évolution, quand d'autres vitrines pourraient accueillir des expositions temporaires, comme cela se fait d'ailleurs déjà à l'Office de Tourisme.

 

Nous proposons donc au conseil municipal de réfléchir et d'étudier cette proposition, afin de rendre notre ville à la fois salubre et agréable à vivre. "

projet passage Place aux Herbes.pdf

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écrire un commentaire